CE SERVICE PEUT CONTENIR DES TRADUCTIONS GÉNÉRÉES PAR GOOGLE. GOOGLE DÉCLINE TOUTE GARANTIE, EXPLICITE OU IMPLICITE, Y COMPRIS LES GARANTIES D'EXACTITUDE, DE FIABILITÉ, AINSI QUE TOUTE GARANTIE IMPLICITE DE COMMERCIALISATION ET D'ADAPTATION À DES FINS PARTICULIÈRES ET À L'ABSENCE DE CONTREFAÇONS.

Le site internet de Kaspersky Lab a été traduit pour votre commodité en utilisant un logiciel de traduction générée par Google. Des efforts raisonnables ont été faits pour fournir une traduction exacte. Cependant, aucune traduction automatique n'est parfaite et l'objectif n'est pas de remplacer le travail des traducteurs. Le site internet de Kaspersky Lab fournit ces traductions comme un service pour ses utilisateurs, et elles ont été publiées "telles quelles". Aucune garantie, explicite ou implicite, n'est faite au sujet de l'exactitude, de fiabilité ou de conformité de ces traductions faites de l'anglais vers une autre langue. Certains contenus (images, vidéos, Flash, etc.) peuvent ne pas être traduits correctement à cause des limites du logiciel de traduction.

Virus.DOS.Bomber

Date de la détection 01/11/2002
Classe Virus
Plateforme DOS
Description

Détails techniques

C'est un virus polymorphe résidant inoffensif. Il croise INT 21h et infecte le fichier COM à l'exception de COMMAND.COM. Il contient les messages texte internes "COMMANDER BOMBER WAS HERE" et "[DAME]".

La caractéristique de cet infecteur consiste en un nouvel algorithme polymorphe. Lors de l'infection, le virus lit 4096 octets à partir du décalage sélectionné au hasard et écrit ce code à l'adresse et du fichier. Ensuite, il écrit dans ce «trou» son code et commence à polymorphisme. Ce virus contient plusieurs sous-routines qui génèrent le code aléatoire (mais exécuté avec succès!). Le virus TR insère les parties du code aléatoire dans la position choisie au hasard dans le fichier hôte. Environ 90% de toutes les instructions i8086 sont présentes dans ces parties. La partie de code prend le contrôle de la partie précédente par les instructions JMP, CALL, RET, RET xxxx. La première partie est insérée dans le début du fichier et passe à la partie suivante, la partie suivante saute la troisième, etc. La dernière partie renvoie le contrôle au corps du virus principal. À la fin, le fichier infecté ressemble à des «taches» de code inséré.


Lien vers l'original